Analyse des voies métabolique au cours du cycle cellulaire : application au métabolisme du cancer

Informations générales
Nom
Moulin
Prénom
Cécile
Diplôme
Thèse
Année
2020
Détails de la thèse/HDR
Jury
Jean-Paul Comet, Professeur, Université de Nice Sophia Antipolis, Rapporteur et Examinateur
Jean-Marc Schwartz, Professeur associé, University of Manchester, Rapporteur et Examinateur
François Fages, Directeur de recherche, INRIA - Saclay, Examinateur
Matthieu Jules, Professeur, INRAE Jouy-en-Josas (Micalis), Examinateur
Pascale Le Gall, Professeure, CentraleSupelec, Examinatrice
Laurent Schwartz, Docteur, Assistance Publique - Hôpitaux de Paris
Sabine Peres, Maître de conférence, HDR, Université Paris-Saclay, Directrice de thèse
Laurent Tournier, Chargé de recherche, INRAE Jouy-en-Josas (MaIAGE), Co-encadrant de thèse
Directeur (pour les thèses)
Sabine Peres
Laurent Tournier
Résumé en français
L’objectif de cette thèse est d’étudier comment la cellule mammifère adapte son métabolisme aux étapes du cycle cellulaire. Le cycle cellulaire est l’ensemble des étapes menant une cellule à se diviser. Le rôle du métabolisme est de fournir à la cellule les éléments et l’énergie dont elle a besoin pour fonctionner. En particulier, à chaque étape du cycle cellulaire, la cellule a besoin de différents éléments pour pouvoir, à terme, se diviser correctement. Il est donc crucial pour la cellule de coordonner le métabolisme et le cycle cellulaire et en particulier de contrôler ce que le métabolisme produit au cours du cycle cellulaire.

Pour mieux comprendre ce lien entre ces deux processus, nous avons étudié comment un modèle mathématique du métabolisme répondait à différentes variations imposées par le cycle cellulaire et nous avons comparé ces réponses à la littérature. Satisfaits des résultats obtenus, nous avons alors construit un modèle hybride représentant l’évolution du métabolisme au cours du cycle cellulaire. Nous retrouvons dans ce modèle hybride les grandes variations connues des voies métaboliques au cours des phases du cycle cellulaire ainsi que des variations expérimentales des métabolites énergétiques et redox.

Encouragés par ces résultats, nous avons finalement perturbé notre modèle hybride pour retrouver des tendances du métabolisme dues au cancer, un ensemble de maladies touchant à la fois le cycle cellulaire et le métabolisme.